Qui sommes-nous ?

Père Marcel Roussel-Galle

Le Fondateur

Le père Marcel Roussel Galle est né le 8 juin 1910 aux Fins, un petit bourg de la commune de Besançon, en France.
Très tôt, il ressentit l’appel de Dieu au sacerdoce. Après une période de formation au séminaire, il fut ordonné prêtre le 22 décembre 1934.
Face aux situations religieuses complexes et nouvelles de son époque, il reçut de l’Esprit Saint l’inspiration de former une Famille missionnaire composée de jeunes travailleuses. Avec les encouragements du Cardinal Suhard, alors archevêque de Paris, il fonda la Famille des Travailleuses Missionnaires de l’Immaculée le 11 février 1950. Rapidement, celle-ci s’internationalisa notamment avec l’entrée de vocations originaires d’Afrique, d’Asie, d’Amérique et d’Océanie.
Toute sa vie, le P. Marcel Roussel-Galle a cherché à poursuivre la Mission du Seigneur et de l’Eglise, et ce, surtout grâce à la création des Eau Vive.
Il décéda à Rome, il 22 febbraio 1984.

Les Travailleuses Missionnaires de l'Immaculée

Répondant à l’appel du Seigneur, nous, Travailleuses Missionnaires de l’Immaculée, consacrons pour toujours notre vie à Dieu, menons une vie fraternelle et une activité en commun, à l’exemple de Jésus, Marie et Joseph, la Sainte Famille de Nazareth, et dans l’esprit d’une famille internationale. Notre société de vie apostolique s’appelle Donum Dei (Si tu savais le Don de Dieu).
Saint François de Sales et Sainte Thérèse de Lisieux sont nos maîtres de vie spirituelle ; l’Immaculée Conception et Sainte Jeanne d’Arc, nos modèles de vie sponsale, dans le monde.

Travailleuses Missionnaires de l'Immaculée
La Rencontre de Jésus avec la samaritaine au puits de Jacob

Pourquoi l'Eau Vive ?

L’Eau Vive s’inspire de l’Evangile selon Jean. Jésus traversait la région de Samarie. Il s’arrêta près du puits de Jacob. Une femme vint puiser de l’eau. Jésus l’interpela et progressivement lui révéla le mystère du Don de Dieu, lui confiant être Lui-même L’Eau Vive qui étanche toute soif.
Selon les circonstances, les lieux et les temps, nous veillons à faire en sorte qu’à travers toutes nos activités, chaque homme et chaque femme que nous rencontrons entende la plainte de Jésus « Donne-moi à boire », ressente le désir de puiser à la véritable source d’eau jaillissante en vie et l’annonce à tous ceux qu’il rencontre.
L’Eau Vive est le premier instrument de ce vaste et passionnant projet apostolique dans lequel l’Immaculée, la Vierge des Pauvres (apparitions mariales à Banneux, Belgique, en 1933) tient une place incomparable. En témoigne le chant de l’Ave Maria de Lourdes qui s’élève chaque jour d’Eau Vive.

Chaque soir le chant de l'Ave Maria

error: Content is protected !!